Au moins 23 morts et 140 blessés après des affrontements dans la capitale libyenne

L'escalade menace de briser le calme relatif dont la Libye a joui pendant la majeure partie des deux dernières années.

Des combattants fidèles au gouvernement d'unité nationale sont photographiés dans une rue de la capitale libyenne Tripoli le 27 août 2022, à la suite d'affrontements entre groupes libyens rivaux.Mahmud TURKIA / AFP via Getty Images

LE CAIRE – Des affrontements meurtriers ont éclaté samedi dans la capitale libyenne entre des milices soutenues par ses deux administrations rivales, laissant présager un retour à la violence au milieu d'une longue impasse politique.

Au moins 23 personnes ont été tuées et 140 autres blessées, a indiqué le ministère de la Santé. Il a ajouté que 64 familles avaient été évacuées des zones autour des combats.

L'escalade menace de briser le calme relatif dont la Libye a joui pendant la majeure partie des deux dernières années. La nation riche en pétrole a plongé dans le chaos à la suite d'un soulèvement soutenu par l'OTAN qui a renversé et tué l'autocrate de longue date Mouammar Kadhafi en 2011.

Parmi les victimes figurait Mustafa Baraka, un comédien connu pour ses vidéos sur les réseaux sociaux se moquant des milices et de la corruption. Baraka est mort après avoir reçu une balle dans la poitrine, a déclaré Malek Merset, un porte-parole des services d'urgence.

Merset a déclaré que les services d'urgence tentaient toujours d'évacuer les blessés et les civils piégés dans les combats qui ont éclaté dans la nuit et se sont poursuivis samedi soir.

Le ministère de la Santé a déclaré dans un communiqué que les hôpitaux et les centres médicaux de la capitale avaient été bombardés et que les équipes d'ambulances n'avaient pas été autorisées à évacuer les civils, dans des actes qui "constituent des crimes de guerre".

Le conseil municipal de Tripoli a accusé la classe politique dirigeante de la détérioration de la situation dans la capitale et a exhorté la communauté internationale à « protéger les civils en Libye ».

La violence a provoqué une panique généralisée parmi les habitants de Tripoli. Des images diffusées en ligne montraient des maisons, des installations gouvernementales et des véhicules apparemment endommagés par les combats. D'autres images montraient des forces de la milice se déployant et des tirs nourris échangés dans le ciel nocturne.

La mission de l'ONU en Libye a déclaré que les combats impliquaient "des bombardements moyens et lourds aveugles dans les quartiers peuplés de civils" de Tripoli.

La mission a appelé à un cessez-le-feu immédiat et à toutes les parties en Libye de "s'abstenir d'utiliser toute forme de discours de haine et d'incitation à la violence".

Les affrontements ont opposé la milice de la Brigade des révolutionnaires de Tripoli, dirigée par Haitham Tajouri, à une autre milice alliée à  Abdel-Ghani al-Kikli, un chef de guerre infâme connu sous le nom de « Gheniwa »,  selon les médias locaux. Plus tard samedi, d'autres milices ont rejoint les combats qui se sont propagés dans différents quartiers de la capitale.

Le gouvernement du Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah, basé à Tripoli, a affirmé que les affrontements avaient éclaté lorsqu'une milice avait tiré sur une autre.

Les combats, cependant, font très probablement partie de la lutte de pouvoir en cours entre Dbeibah et son rival, le Premier ministre Fathy Bashagha, qui opère depuis la ville côtière de Syrte.

Dbeibah et Bashagha sont tous deux soutenus par des milices, et cette dernière s'est mobilisée ces dernières semaines pour tenter d'entrer à Tripoli afin d'en déloger son rival.

Une tentative en mai de Bashagha d'installer son gouvernement à Tripoli a déclenché des affrontements qui se sont soldés par son retrait de la capitale.

L'ambassadeur des États-Unis en Libye, Richard Norland, a exhorté à la désescalade "avant que les choses n'empirent" et aux parties libyennes de convenir d'une date rapprochée pour les élections.

Source : NBCNEWS

Enregistrer un commentaire

Plus récente Plus ancienne