La France est "un partenaire vital et un allié le plus ancien", déclarent les États-Unis alors que l'Australie "regrette" le rappel des émissaires français au sujet de l'accord sur les sous-marins nucléaires

 

Washington a insisté sur le fait que Paris reste un "partenaire vital" après que la France a rappelé ses ambassadeurs des États-Unis et d'Australie, pour protester contre l'accord sur les sous-marins nucléaires AUKUS qui a tué un contrat de construction navale français.

"La France est un partenaire essentiel et notre plus ancien allié, et nous accordons la plus haute valeur à notre relation", a déclaré vendredi le porte-parole du département d'État, Ned Price, selon Reuters. Il a ajouté que les États-Unis continueraient de travailler pour résoudre le différend au niveau supérieur dans les jours à venir, notamment lors d'une prochaine réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York la semaine prochaine.

Les commentaires de Price sont intervenus après que la France a rappelé ses envoyés à Washington et à Canberra au sujet de l'accord sur les sous-marins, qui a été annoncé plus tôt cette semaine dans le cadre d'un nouveau « partenariat de sécurité trilatéral renforcé » entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie – surnommé « AUKUS ». La vente de sous-marins, qui a été négociée en secret, a effectivement annulé un accord antérieur pour que la France fournisse à l'Australie 66 milliards de dollars de sous-marins à moteur diesel, Paris qualifiant le nouvel accord d' "inacceptable" et d' "incompréhensible". Peu de temps après la publication de la vente, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré que Paris n'avait pas été informé de l'accord, ajoutant que cette décision rappelait l'ex-président américain Donald Trump, qui s'est également battu par intermittence avec la France pendant son mandat.

Un porte-parole du ministère australien des Affaires étrangères a également tenté de limiter les dégâts vendredi au milieu des retombées diplomatiques, affirmant que le pays "valorise sa relation avec la France" et se réjouit de "s'engager à nouveau avec la France sur nos nombreuses questions d'intérêt commun, sur la base de valeurs partagées". Le porte-parole a toutefois noté que Canberra "regret[s]" le rappel de l'ambassadeur.

Bien que la France n'ait pas rappelé son envoyé au Royaume-Uni, une source diplomatique française citée par Reuters a déclaré que Paris pensait que Londres avait rejoint l'accord trilatéral d'une manière « opportuniste » , ajoutant que « nous n'avons pas besoin de tenir des consultations avec notre ambassadeur [britannique] de savoir quoi en penser ou d'en tirer des conclusions.

Source : RT

Enregistrer un commentaire

Plus récente Plus ancienne