Volte-face? Macron cherche à ''revitaliser'' l'alliance avec l'OTAN, repoussant implicitement le commentaire de la ''mort cérébrale''

 Le président français Emmanuel Macron a apparemment changé d'avis concernant l'OTAN, l'alliance militaire de l'Atlantique Nord qu'il a qualifiée de `` morte cérébrale '' en 2019.


Macron a insisté jeudi sur le fait que la France cherchait à « revitaliser » son alliance avec l'OTAN - toujours avec un appel lancé à la réforme, mais loin des plaintes de 2019 selon lesquelles l'alliance était presque en « mort cérébrale ». Macron a déclaré à The Economist cette année-là que « ce que nous vivons actuellement, c'est la mort cérébrale de l'OTAN ». 

S'adressant à la presse à Paris aux côtés du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, Macron a déclaré que le prochain sommet de l'alliance en juin « doit apporter une clarification politique » sur son rôle et ses « priorités stratégiques ».

« Nous voulons revitaliser l'alliance et, pour cela, nous avons besoin de clarification, de cohésion et de responsabilité », a-t-il déclaré, ajoutant que le bloc doit être clair sur les « valeurs, principes et règles » qui le sous-tendent. Le commentaire pourrait être interprété comme un coup à la Turquie, que le président français et d'autres dirigeants de l'OTAN ont critiqué pour avoir pris une action militaire unilatérale sans avertir d'abord les pays partenaires.

Les déclarations antérieures du président dénigrant l'OTAN sont intervenues avant son sommet de 2019 et les mauvais sentiments internes semblent avoir commencé à se dissiper depuis, suggérant que tout changement d'avis ressenti par le dirigeant français aurait pu être lié - au moins en partie - au départ de la polarisation Le président américain Donald Trump. 

En effet, Macron a fait allusion à Trump dans l'interview de 2019, arguant qu'il était temps de « réévaluer la réalité de ce qu'est l'OTAN à la lumière de l'engagement des États-Unis » et que cela « ne fonctionne que si le garant de dernier recours fonctionne comme tel. 

Il a choqué ses collègues membres de l'alliance en suggérant qu'il « ne savait pas » s'il croyait toujours en l'efficacité d'un autre des principes fondateurs de l'alliance, se demandant à haute voix si une attaque contre un membre serait encore confrontée à une défense collective. Washington «nous tourne le dos », s'est inquiété Macron au magazine, insistant sur le fait que les États-Unis montraient des signes de distanciation par rapport à leurs alliés européens, tels que prendre des mesures politiques avant d'avertir leurs alliés.

Alors que plusieurs facteurs internationaux ont changé depuis que Macron a fait ces remarques controversées - notamment le départ de Trump de la scène mondiale et une recrudescence de l'extrémisme islamique en France - son virage à 180 degrés peut néanmoins surprendre certains.

Le soutien à l'OTAN a considérablement diminué en France en 2020, une étude du Pew Research Center ayant révélé que 49% avaient des opinions positives sur l'alliance, contre 60% en 2017.

Alors que le jeune ex-banquier Macron a facilement battu la scion politique montante Marine Le Pen lors du dernier vote en 2017, une vague d'attaques terroristes islamistes couplée au dégoût du public pour la façon dont Macron a géré la pandémie de Covid-19 a poussé une partie de la population électorale droite. 

Fin avril, le soutien de Macron avait chuté à 37% par rapport aux 62% qu'il avait lors de son élection sous la bannière de La République en marche, et les élections locales tenues plus tôt cette année laissaient entendre qu'il devait recevoir un clubbing au scrutin. boîte de gauche et de droite. 

Macron a été critiqué pour avoir utilisé la pandémie de Covid-19 pour s'emparer de plus de pouvoir exécutif. Une mesure profondément impopulaire aurait rendu illégal de filmer la police en action - une décision qui a déclenché des manifestations de rue massives l'année dernière, les critiques affirmant que cela rendrait impossible pour les journalistes de faire leur travail. La plus haute cour constitutionnelle française a bloqué la mesure cette semaine, estimant qu'elle était trop vague. Cependant, le gouvernement de Macron a la possibilité de rendre la loi plus spécifique, ce qui signifie qu'une version de celle-ci pourrait éventuellement être adoptée.

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!

Enregistrer un commentaire

Plus récente Plus ancienne