L'Afrique du Sud revient à un verrouillage plus strict

Le Cap, Afrique du Sud - Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé dimanche que son pays reviendrait à des mesures de verrouillage plus strictes face à une forte augmentation des cas de COVID-19 qui indiquent que le virus «rebondit» dans le pays le plus touché d'Afrique.


Les cas positifs en Afrique du Sud au cours des sept derniers jours étaient 31% plus élevés que la semaine précédente et 66% plus élevés que la semaine précédente, a déclaré Ramaphosa dans un discours télévisé en direct. Il a déclaré que certaines régions du pays, y compris le centre commercial Johannesburg et la capitale Pretoria, étaient désormais dans «une troisième vague».

«Nous ne savons pas encore quelle sera la gravité de cette vague ni combien de temps elle durera», a déclaré Ramaphosa.

En réponse, Ramaphosa a déclaré qu'à partir de lundi, le couvre-feu nocturne serait prolongé d'une heure pour commencer à 23 heures jusqu'à 4 heures du matin. Un maximum de 100 personnes serait autorisé à des rassemblements sociaux en salle et pas plus de 250 à une réunion en plein air. Le nombre de personnes assistant aux funérailles sera limité à 100 personnes et les rassemblements après les funérailles ont été complètement interdits, a déclaré Ramaphosa. Les entreprises non essentielles doivent fermer avant 22 h

«Nous avons eu tendance à devenir complaisants», a déclaré Ramaphosa, avertissant que les infections virales «réapparaissaient» à un moment où le pays entre dans ses mois d'hiver et où les gens étaient plus susceptibles de se rassembler à l'intérieur, augmentant probablement encore davantage les infections.

La décision de l'Afrique du Sud de revenir à un verrouillage plus strict renforce - comme la crise en Inde l'a déjà fait de manière si cruelle - à quel point la pandémie mondiale est loin d'être terminée.

«Nous avons vu dans d'autres pays les conséquences tragiques de laisser le virus se propager sans contrôle», a déclaré Ramaphosa. «Nous ne pouvons pas baisser notre garde.»

L'Afrique du Sud compte plus de 1,6 million de cas confirmés de COVID-19 et plus de 56000 décès, plus de 30% des cas et 40% des décès enregistrés par l'ensemble des 54 pays d'Afrique, selon les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies. L'Afrique du Sud a enregistré 4 515 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures et Ramaphosa a déclaré que le «taux de positivité» parmi les tests effectués était désormais «une source de préoccupation».

L'Afrique du Sud était au niveau un de verrouillage, le plus bas de ses cinq niveaux, mais revenait maintenant à un «niveau ajusté deux», a annoncé Ramaphosa. Les autorités se sont arrêtées avant de réimposer des mesures strictes telles que des limites aux mouvements de personnes pendant la journée et un interdiction de vendre de l’alcool et des produits du tabac qui étaient parfois en vigueur l’an dernier.

L'Afrique du Sud a déjà connu deux flambées d'infections, la première au milieu de l'année dernière et une deuxième vague bien pire en décembre et janvier, lorsque l'émergence d'une variante a poussé les infections et les décès à des niveaux plus élevés que la première. Le virus suivait actuellement «la même trajectoire» que ces ondes, a déclaré Ramaphosa.

Les experts ont averti que cette vague, arrivant avec l'hiver de l'hémisphère sud, pourrait être encore pire.

La flambée des cas a également attiré plus d'attention sur le retard du déploiement des vaccins en Afrique du Sud. Seulement environ 1,5% des 60 millions d'habitants du pays ont reçu un vaccin. Les agents de santé étaient la priorité n ° 1, mais moins de 500 000 des 1,2 million d'agents de santé ont été vaccinés avec le vaccin à dose unique Johnson & Johnson. L'Afrique du Sud a commencé à vacciner ses citoyens âgés il y a seulement deux semaines. Au total, 963 000 Sud-Africains avaient reçu un vaccin dimanche, a indiqué le gouvernement, bien que la moitié d'entre eux n'aient reçu que la première des deux doses requises du vaccin Pfizer-BioNTech.

L'Afrique du Sud a "sécurisé" plus de 50 millions de vaccins, a déclaré Ramaphosa, mais ne dispose actuellement que de 1,3 million de doses dans le pays qui sont prêtes à être déployées. Plus de doses de Pfizer-BioNTech devraient arriver la semaine prochaine, et toutes les semaines après cela, a-t-il déclaré. L'Afrique du Sud espère vacciner environ 40 millions de personnes d'ici la fin de l'année, un objectif qui semble de plus en plus improbable.

Enregistrer un commentaire

Plus récente Plus ancienne