Chelsea remporte la Ligue des champions en battant Manchester City et touche le ciel de Porto

Un but de Havertz a conduit son équipe à la gloire et a découvert les lacunes d'un rare alignement de Guardiola, condamné par les nombreux espaces qu'il a laissés derrière.


Chelsea a touché le ciel à Porto, lieu éternel pour une équipe qui a surmonté toute prévision d'égaliser la deuxième Ligue des champions de son histoire après avoir remporté la finale contre City. De la mémoire de footballeurs légendaires comme Terry , Lampard et Drogba, il a continué à jouer avec de brillants jeunes hommes qui se sont rebellés à Do Dragao contre City. De la main de Tuchel , un entraîneur qui a déchaîné une Chelsea qui équivaut aux Coupes d'Europe que United a.

Le score 0-1 de Havertz a suffi à assurer la finale la plus importante de son histoire aux côtés de Munich en 2012. Un triomphe qui élève l'entraîneur allemand, nouveau leader de l'Europe après avoir remédié à la défaite qu'il a subie l'an dernier à Lisbonne avec le PSG. En cinq mois, il a fait de Chelsea une équipe emblématique et reconnaissable. Et à Porto, il a affirmé pendant une nuit qu'il était plus que City. Abramovich , félicitations également, compte un autre succès à encadrer.

La City était à la merci d'un Chelsea instruit, notamment supérieur en première mi-temps où il dominait presque toutes les scènes. Guardiola a subi une autre attaque d'interventionnisme en effaçant Rodri et Fernandinho de la carte et l'équipe est restée impuissante, exposée aux carrières de Werner et Havertz . Cancelo n'a pas joué non plus et il était surprenant que Sterling soit intervenu dès le départ après que l'international anglais n'ait pas eu une bonne finale de saison.


Face à une Chelsea aussi solide, Pep a pensé à élargir le terrain avec des fins communes pour ouvrir un adversaire qui semble être en ciment. A chaque perte de la City, il y avait une réponse des cadres londoniens, fugace au galop. Il se trouve qu'il a Werner , un joueur aux pieds d'argile. Il avait deux chances parfaites, en particulier la première, dérangée par sa mauvaise définition qui a forcé Chelsea à répéter encore et encore un plan qui fonctionnait pour lui.

Tuchel intimidé par sa proposition, mais City se tourna également vers Mendy . Juste une fois et demie. Un tir de Foden bloqué par Rüdiger et un glissement inopportun de Mahrez . Le reste appartenait à Chelsea. Il a pris ce retard derrière Guardiola a oublié de boucler pour dessiner trois passes: de Mendy à Chilwell et de l'est à Mount , qui a découvert qu'un couloir intérieur pour Havertz contournerait avec une pincée de chance à Ederson et a marqué au bord de la pause 0-1 mais mérité.

Bonne réponse de Chelsea face au revers de Thiago Silva , qui a dû abandonner en raison de problèmes musculaires. City était encouragé après la pause, même s'il n'avait pas Kanté , le footballeur avec le plus de tentacules au monde. Capable d'être partout pour annuler progressivement tous ses ennemis. Au milieu de la bataille, De Bruyne est tombé après une collision frontale avec Rüdiger . Il est parti avec une ecchymose à l'œil et à travers les larmes, intrigué par le malheur.

Gabriel Jesus est entré chez lui et peu de temps après Fernandinho par un Bernardo Silva sans importance. La Ville a soulevé les révolutions, pressée par l'horloge. Et Azpilicueta a assumé son statut de capitaine pour retirer la botte pour empêcher le match nul de Gündogan . La contre-attaque pourrait tuer Chelsea, mais le Pulisic nouvellement incorporé s'est ajusté plus que nécessaire. En échange de coups, City a fait mieux en seconde période, plus proche du nul. Guardiola a tout fait.

Agüero sur scène. Protagoniste des meilleures nuits de l'histoire de City, il a sauté en l'absence de quinze minutes pour tenter de renverser la vapeur dans ses adieux. Tuchel a contre-attaqué avec la lettre de Kovacic , un autre footballeur pour baiser l'équipe. L'entraîneur allemand n'a pas demandé à ses joueurs un dernier effort. Il a demandé aux tribunes, qui ont contribué de leur part pour donner l'impulsion nécessaire pour remporter la Ligue des champions. City et Guardiola ont perdu leur première finale.

FEUILLE DE MATCH

Manchester City, 0

Ederson; Walker, Stones, Rúben Dias, Zinchenko; Gündogan, De Bruyne (Gündogan, 59 '), Bernardo Silva (Fernandinho, 64'); Mahrez, Sterling (Aguero, 76 '), Foden

Entraîneur: Pep Guardiola

Chelsea, 1

Mendy; James, Azpilicueta, Thiago Silva (Christensen, 39 '), Rüdiger, Chilwell; Jorginho, Kanté; Mont (Kovacic, 79 '), Havertz, Werner (Pulisic, 66')

Entraîneur: Thomas Tuchel

Buts: 0-1, monture (42 ')

Arbitre: Antonio Mateu Lahoz. Il a averti Gündogan (34 '), Rüdiger (57'), Gabriel Jesus (89 ')

Enregistrer un commentaire

Plus récente Plus ancienne