Le délai de la CPI que les autorités ivoiriennes ne doivent pas franchir

Véritable course contre la montre. À compter de la fin du mois de juin prochain, le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goude doivent impérativement quitter les maisons qu'ils occupent depuis leur sortie de prison intervenue le 1er février 2019.



Ces maisons qui sont à la charge de la Cour pénale internationale doivent être libérées parce que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goude ont été définitivement acquittés le 31 mars dernier par la Chambre d'appel de cette Cour de justice internationale.
Libres de tout engagement vis à vis de la CPI, les deux anciens pensionnaires de la prison de La Haye doivent rentrer en Côte d’Ivoire conformément aux dispositions de l’article 185 du Traité de Rome qui stipulent que » les États membres ont l’obligation de recevoir sur leur sol, toute personne acquittée et en assurer la sécurité « .
C’est donc relativement à cette disposition sus-visée, que le Greffe de la CPI en charge de la coordination administrative du retour des deux acquittés dans leur pays, a adressé début avril, c’est à dire deux mois avant la fin de juin, un courrier au gouvernement ivoirien, lui demandant impérativement de prendre toutes dispositions utiles pour recevoir Laurent Gbagbo et Charles Blé Goude sur son sol et en assurer la sécurité.

Source : Gor TV

Enregistrer un commentaire

Plus récente Plus ancienne